Qu’est-ce qu’un pitch ?

Un pitch est un propos court, accrocheur, impactant. Dans certaines circonstances, il se suffit à lui-même et dure alors d’une à trois minutes. Dans d’autres situations, il est l’amorce d’un propos plus long, un discours par exemple, et il sert alors d’accroche.

Où et quand pitcher ?

Le pitch permet d’accrocher le public d’emblée. Il est utile quand on sait le public déjà fatigué d’avoir entendu beaucoup de prises de parole successives.
Le pitch est indispensable quand l’orateur a une grosse carte à jouer : face aux recruteurs, face à des investisseurs, face aux médias en communication de crise.
En toute occasion, le pitch permet de se démarquer des autres. Il renvoie au public une image professionnelle de celui qui le pratique.

Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle !

Comment ça marche ?

Le pitch est constitué de deux éléments, indissociables, comme sont indissociables les deux clés d’un même coffre-fort :

  • Une idée principale, énoncée d’emblée, déroulée tout au long de la narration comme un fil rouge, et portée jusqu’à la conclusion qui permet de réaffirmer cette idée principale
  • Des arguments pour étayer le propos – l’idée principale – construits de manière très explicite, comme si l’orateur répondait à la question suivante : « concrètement, comment faites-vous ? ».

Représenté graphiquement, le pitch ressemble à un losange, étiré de haut en bas, et traversé par une flèche qui représente le message principal d’un bout à l’autre du propos. Autrement dit, exactement l’inverse de la narration habituelle en mode thèse/antithèse/synthèse, représentée graphiquement par un entonnoir.

Pour bien pitcher, la recette est simple sur le papier, plus compliquée à mettre en place car contre-intuitive.

Apprenez à pitcher en 2 séances !

Le principe : le fond guide la forme.

Le mode pitch rend impactante la construction narrative (le fond) et améliore visiblement le non verbal : posture, gestuelle, débit, intonation (la forme).

1) Première séance : découverte

  • Apports pédagogiques + training caméra + évaluation de la performance
  • Intersession : propositions d’exercices

2) Deuxième séance : perfectionnement

  • Boucle pédagogique : caméra, évaluation, construction narrative, caméra , etc.

Les deux séances sont distantes de quelques jours. Elles durent deux heures. Tarifs sur demande.

Quels résultats ?

Le pitch est construit autour d’une intention clairement identifiée – l’idée principale.
Cette intention va renforcer à la fois la dimension intellectuelle du propos – le verbal-, mais également les deux registres d’expression non verbaux : le visuel et le vocal.

D’après le scientifique américain Albert Mehrabian, le « découvreur » du non verbal, le visuel compte pour 55% dans l’impact d’un message et le vocal pour 38%.

Ce que nous observons sur un « pitcheur », c’est que sa construction narrative autour d’un message principal, étayée par des arguments explicites, renforce visiblement tous les registres : verbal, vocal, visuel.
Concrètement, le corps se stabilise, les gestes s’ouvrent, le débit ralentit, les intonations prennent, naturellement, du relief.
Les améliorations sont observables et mesurables.

elevator pitch : apprenez à pitcher !

On parle souvent « d’elevator pitch », pour figurer les quelques secondes d’un trajet en ascenseur – possiblement dans une tour de Manhattan ou de la Défense –utiles pour se présenter efficacement au grand patron, temporairement captif de la même cabine. Une présentation efficace doit permettre de « monter » plus haut dans tous les sens du terme…