Accueil2021-02-06T15:29:15+02:00

« Prendre la parole, c’est prendre sa place »

Prise de parole en public et en visioconférence : conseil et accompagnement

La prise de parole, en public ou en visioconférence, est un exercice exigeant parce que le public monte en exigence : il est de plus en plus distrait, impatient, zappeur.

Faire gagner en impact celui qui s’exprime est mon métier. Je l’exerce depuis plus de dix ans, comme conseiller, coach et formateur.
Précédemment j’étais journaliste en radio et je désespérais trop souvent de la vacuité des propos des personnes que j’interviewais.
Pour remédier à ce manque d’efficacité mais aussi à l’inconfort et au stress de celui qui s’exprime, j’ai créé la Méthode du Losange qui permet de maîtriser la notion de message à la fois verbal et non verbal.

La méthode est applicable en toutes circonstances, en distanciel comme en présentiel, pour une intervention en réunion de travail comme en mode « grand’messe » avec slides, en communication dite « de crise », en média-training et en toute situation dans laquelle la parole porte un enjeu.
Je connais les questions que se posent le plus souvent les dirigeants, managers et élus que j’accompagne. Je les entends s’interroger sur la manière de maîtriser la caméra en visioconférence, de gérer le cadre, de maîtriser la gestuelle, le regard, la voix, de concevoir des slides accrocheurs.

J’apporte des réponses à toutes ces questions et à beaucoup d’autres, toujours au plus près de la singularité de la personne que j’accompagne.
Vous faire gagner en impact, en visioconférence comme en toutes situations de prise de parole, est mon expertise et mon engagement de chaque instant.

l
Faites le quizz sur la visioconférence

L’impact en visioconférence

Finis les balbutiements, les caméras éteintes ou branchées pleins feux sur le plafond. En 2021, il va falloir assumer la dimension vidéo de la visioconférence : travailler le cadre, l’image, sa dynamique.

En 2021, on prend du temps pour préparer sa visioconférence : on fait des tests caméra pour avoir la meilleure image possible, on s’entraîne à parler lentement, en faisant attention à la prononciation, en marquant des pauses, quelques silences ; on travaille les contenus.

En 2021, on jette à la poubelle la méthode cartésienne thèse, antithèse, synthèse ; on oublie l’introduction trop longue et la conclusion qui n’en finit pas ; on se débarrasse des « pourquoi parce que », des injonctions, des « on », des « il faut qu’on », des « y a qu’à pas ».

En 2021, on prend la parole en visio en mode pitch, avec une intention clairement affichée et un registre lexical explicite pour que tout le monde comprenne, adhère, suive.

En 2021, on gagne en efficacité en visioconférence parce que l’outil va rester, au-delà de la crise sanitaire. En visioconférence, en s’améliorant un peu on gagne beaucoup en impact.

Sophie Backer, spécialiste en communication orale

Sophie Backer ©Laurence de Terline

Sophie Backer

Mon métier consiste à vous accompagner sur l’optimisation de vos prises de parole, devant tous vos publics y compris vos équipes, en toutes circonstance et, le cas échéant, face aux médias.
Je vous aide à mettre en mots votre valeur ajoutée, grâce à une construction narrative structurante qui installe la posture, la gestuelle et la voix de manière assurée.

Précédemment journaliste-rédacteur en chef à Radio France Internationale, aujourd’hui expert en communication, je travaille avec et sur les mots avec passion.

Optimiser les prises de parole est mon challenge quotidien auprès de tous ceux que j’accompagne.

Mes dernières références

J’écris des articles  à consulter sur le réseau social LinkedIn, à propos de la communication et des médias et beaucoup d’autres sujets.

L’audio en visioconférence : un vrai sujet !

La visioconférence est un exercice difficile, qui gagne encore en complexité quand il se joue à l’audio. Car pour de bonnes ou de mauvaises raisons – faiblesse du réseau ou inconfort face à la caméra – la vidéo est, de facto, souvent coupée.

La visioconférence ressemble alors à la conf call – conférence téléphonique – avec toutes les limites d’utilisation déjà identifiées avant la généralisation du distanciel.

La conclusion qui en résulte est simple : il faut compenser l’absence de la vidéo et travailler l’audio pour gagner en impact vocal et accrocher l’auditoire avec ce qu’on pourrait appeler le « ear contact », par analogie avec le « eye contact ».

À lire sur LinkedIn

2021 : l’année essentielle

Bonjour à chacune et à chacun,

Retrouver nos essentiels est résolument le défi de l’année qui s’ouvre à nous.

Essentiel vient d’essence, qui dit notre nature profonde. Notre essence est notre singularité, comme l’essence d’un bois le distingue de tous les autres, comme une huile essentielle offre son caractère.
Nous avons été dépossédés de nos essentiels singuliers, au nom d’une cause commune : faire bloc face au danger sanitaire.
À ce titre, d’autres décident pour nous de nos essentiels collectifs : des emplois ont été désignés essentiels et d’autres non essentiels. Des produits ont été catégorisés essentiels ; parmi eux, les outils de bricolage, la quincaillerie, les graines pour oiseaux. D’autres ont été décrétés non essentiels, dont les livres.

À lire sur LinkedIn

2020, l’an 1 de la prise de parole face caméra

Inutile de nier l’évidence comme le font encore certains. La prise de parole en visioconférence est un exercice objectivement plus compliqué que dans la « vraie vie ». Nous sommes bien entrés, en 2020, sous la pression des événements, dans un nouveau monde communicationnel.
Dans ce nouveau monde, l’image fait la différence.
Elle est attendue et même souhaitée par l’auditoire, tout en étant redoutée voire détestée par celui qui parle. Et vice versa puisque souvent les rôles alternent, par exemple lors d’une réunion de travail où chacun est amené à prendre la parole.

À lire sur LinkedIn

Load More Posts

Mon métier ce sont les mots, leurs poids et leur impact, dans les différentes situations de prise de parole y compris face aux médias. En tant que conseil en prise de parole, je travaille – et fais travailler mes « champions » – sur la construction du message. Ce qui compte le plus pour moi c’est la qualité des contenus. Un message efficace est composé d’une intention clairement identifiée et d’un registre lexical très explicite. On peut dire aussi : factuel, descriptif, visuel. C’est avec ces ingrédients qu’on fabrique des beaux contenus. Cette construction du message fonctionne à l’oral, pour toutes les situations de prises de parole, et aussi pour l’écriture des discours et pour les écrits professionnels. Et puis, il se trouve que ce goût des mots m’a amenée à l’écriture d’un roman : […]

Lire l’article et découvrir mon roman
prise de parole en public

Ma valeur ajoutée : la mesurabilité

L’efficacité d’une prise de parole se mesure. Nous le faisons, souvent inconsciemment, en tant qu’auditeur d’un discours, d’une interview, d’un propos.

  • Nous évaluons la posture de l’orateur : son ancrage, sa stabilité.
  • Nous évaluons sa gestuelle : ample et ouverte. Naturelle.
  • Nous évaluons la voix : la clarté, le sourire, l’assurance.
  • Nous évaluons le contenu : nous accroche-t-il ? retenons-nous ce qui est dit ?

Il se trouve que les nouveaux outils technologiques nous obligent, infiniment plus que par le passé, à mesurer ; puisque c’est la mesure – l’évaluation – qui va faire que nous allons continuer de lire, regarder, écouter, ou que nous allons décider de zapper.
Ces évaluations intuitives deviennent dans ma pratique d’accompagnement des éléments de mesure.
Ce que nous observons, preuves vidéos à l’appui, dans mon travail d’accompagnement à la prise de parole, c’est qu’un message clair dans la tête est clair dans son expression gestuelle. 
Et que de la même façon, la confusion dans les idées s’observe – malheureusement – à l’image. Ou au son, si cela se passe en radio ou au téléphone.
Je propose donc de travailler la clarté du propos, dans sa structure et son contenu, pour que le message porte à l’image. Preuve à l’appui.

Quels bénéfices ?

Gagner en efficacité, en temps, en argent.

Avec la méthode MediaWording, les orateurs travaillent les différentes composantes d’un message efficace dans le même élan. Ce qu’on appellerait le « 3 en 1 », c’est-à-dire le verbal, le visuel et le vocal, guidés par la même intention. 
MediaWording permet d’identifier cette intention structurante et de la porter dans la démarche d’expression à l’oral.
Ainsi, les participants à nos formations gagnent en temps d’apprentissage. Les améliorations sont visibles immédiatement, images vidéo à l’appui.
Les bénéfices augmentent naturellement dans le temps. La formation permet la prise de conscience de certaines clés d’efficacité, tellement évidentes qu’une fois révélées, elles guident en permanence l’orateur qui souhaite s’améliorer.

Par exemple, la prise de conscience qu’une posture incertaine diminue la crédibilité de l’orateur. La méthode MediaWording permet de travailler la performance de l’orateur dans sa dimension visuelle – ce qui se voit de lui – pour apparaître crédible et renforcer ainsi sa légitimité et sa capacité à convaincre.

Enfin, le temps gagné en apprentissage permet aussi de gagner sur l’investissement financier.

Les 3 composantes d’un message efficace

verbal, visuel, vocal, les 3 composantes d

Les conseils com’ de Sophie en vidéo

Abonnez-vous à ma newsletter mensuelle !

Contact Info

Sophie Backer Conseil

Pour toutes questions sur l’un ou l’autre aspect de la prise de parole, vous pouvez me contacter via le site ou directement par téléphone. Après une analyse de votre situation, je vous propose l’une ou l’autre forme d’accompagnement. J’ajuste le contenu de l’accompagnement au plus près de vos besoins, puis nous convenons d’un lieu – le plus souvent chez le client – et d’une planification de la ou des séances. Enfin, je vous adresse un devis pour signature avant de démarrer la prestation.
Sophie Backer Conseil est un organisme agréé pour la formation professionnelle.

Aller en haut