Et si c’était facile, pour vous, la prise de parole…

La peur de parler en public est la deuxième plus répandue parmi les humains…C’est dire si nous sommes nombreux à être concernés, peu ou prou.

Ma pratique de coach en prise de parole depuis 2010 m’a appris plusieurs choses intéressantes.
Par exemple, sur le sujet de la prise de parole, la demande d’aide est toujours cachée sous un prétexte professionnel : le discours de rentrée, une situation de crise, un client qu’il faut convaincre absolument…
Mais le vrai problème est ailleurs, là où « ça » fait mal… : la peur du regard des autres, le manque de confiance en soi, le sentiment d’isolement, et même la culpabilité, parfois, de ne pas savoir faire alors que les autres ont l’air tellement à l’aise…

Ces bobos du quotidien – qui sont parfois de vraies souffrances – restent aujourd’hui tabous. En particulier en France, où on fait appel à un coach comme on va chez le psy : en rasant les murs. Dans d’autres cultures, anglosaxonnes en particulier, il est normal de se faire accompagner sur des champs que l’on ne connaît pas ou qu’on maîtrise mal.
Car c’est bien de cela qu’il s’agit : la prise de parole est un territoire inconnu, confondu à tort avec le « parler ».
Le verbe « prendre » change la donne : s’il faut prendre c’est qu’il y a quelque chose à saisir – l’attention du public par exemple – pour obtenir un résultat.

Prendre la parole, c’est prendre sa place pour convaincre, rassurer, faire adhérer…

Rejoignez le groupe sur Facebook !

Vous pouvez aussi vous abonner pour recevoir nos différentes publications de l’année :

* indicates required